Loading CPSA Conference APP Loading depends on your connection speed!

img

Political Behaviour/Sociology

F01(a) - Explaining the Vote

Date: Jun 4 | Time: 08:45am to 10:15am | Location: SWING 308

Sponsor / Commanditaire : Canada Research Chair in Electoral Democracy

Chair/Président/Présidente : Laura Stephenson (Western University)

Discussant/Commentateur/Commentatrice : Valérie-Anne Mahéo (Université de Montréal)

Discussant/Commentateur/Commentatrice : Eric Guntermann (University of California, Berkeley)

La politique du travail faiblement rémunéré: Dominic Durocher (Université d'Ottawa)
Abstract: Les dynamiques politiques ont longtemps été analysées sous l’angle des classes sociales dans les démocraties avancées (Lipset et Rokkan, 1967 ; Korpi, 1983 ; Manza et coll., 1995 ; Evans, 2000). La relation entre les classes sociales et l’électorat des partis politiques s’est toutefois considérablement affaiblie suite aux transformations économiques et sociales des dernières décennies (Nieuwbeerta, 1995 ; Knutsen 2006 ; 2018). Nous croyons toutefois que cette grille d’analyse demeure pertinente pour comprendre les comportements électoraux. Notre conceptualisation des classes sociales doit toutefois évoluer pour tenir compte du déclin du secteur manufacturier et de l’augmentation du nombre de travailleurs peu qualifiés dans l’industrie des services (Esping-Andersen, 1993 ; McKnight et coll., 2016). L’analyse d’un nouveau clivage électoral basé sur le concept de travailleurs faiblement rémunérés nous permettra de mieux comprendre l’effet de la stratification économique sur le vote en ciblant les travailleurs qui sont désavantagés dans le marché du travail. Nous postulons que le lien entre les travailleurs faiblement rémunérés et les partis de gauche est plus fort dans les pays où le processus de négociation collective est faible comme les États-Unis et le Royaume-Uni, compte tenu des plus grandes inégalités entre travailleurs et de l’importante politisation du salaire minimum dans ces démocraties. Pour étudier le comportement électoral des travailleurs faiblement rémunérés, nous utilisons les sondages de l’« International Social Survey Program » qui sont analysés grâce à des méthodes quantitatives avancées telles que des régressions multivariées.

266.Durocher.pdf


Prosperity v. Policy: Comparing the Two Faces of Economic Voting: Aldo Paparo (Libera Università Internazionale degli Studi Sociali – Guido Carli), Michael S. Lewis-Beck (University of Iowa)
Abstract: When we think of economic voting, we usually think of voters rewarding or punishing the government for economic boom or bust. This classic model holds the economy to be a valence issue, where everyone agrees on the goal of prosperity. Of course, the economic vote may instead be positional, with voters disagreeing about economic policy, such as progressive taxation. We know a lot about valence economic voting in democratic publics, but much less about positional economic voting, at least at the individual, survey, level. Here we examine the two types, assessing their effects in a comparative election survey from six leading democracies: Denmark, France, Germany, Italy, the United Kingdom, and the United States. After a series of tests and challenges, we conclude, with some surprise, that positional economic voting can have about as much weight as valence economic voting. However, that conclusion must be qualified by political economic context, which can make a noteworthy difference.